Kurt Lewin, le pionnier de la psychologie sociale

Résultat de recherche d'images pour "kurt lewin"
Source : wikipédia

Kurt Lewin (1947-1951) est incontestablement l’un des pionniers de la psychologie sociale et de la théorie du champ.

Il est le créateur, l’inventeur de la dynamique de groupe qui postule un modèle de conduite du changement en trois phases :

  • Phase 1 – avant le changement : on constate un état stable en apparence qui est en fait maintenu en équilibre par des forces opposées. Alors que les unes sont favorables au changement et les autres seront favorables à la stabilité.
  • Phase 2 – après le changement (choix 1) : on augmente l’intensité ou le nombre de forces favorables au changement.
  • Phase 3 – après le changement (choix 2) : on diminue l’intensité et le nombre de forces restrictives au changement.

L’expérience

En 1943, Lewin mène une expérimentation commandée par le gouvernement américain en vue de favoriser la consommations d’abats. Il met en place un dispositif expérimental, ayant pour but de comprendre comment influencer un groupe pour faire évoluer ses habitudes.

Cadre

Trois premiers groupes bénéficient de conférences classiques sur la valeur nutritive des abats et sur la façon de les préparer. Les trois autres participent à des débats en petits groupes sous la conduite d’un animateur chevronné. Après un bref exposé, les ménagères posent des questions, formulent des objections, relatent leurs expériences personnelles, échangent des recettes qu’elles se proposent d’essayer.

Résultats

32 % des participantes au groupe de discussion ont répondu positivement à la consommation d’abats contre 3 % pour celles qui avaient assisté à une conférence.

Une vérification, réalisée au domicile des ménagères une semaine après, a permis de constater que la consommation des abats était 10 fois plus importante dans le second groupe que dans le premier.

Conclusions

C’est en s’appuyant sur ces résultats que Kurt Lewin en a déduit que :

  • une décision est plus facile à obtenir lorsqu’une personne a l’impression de l’avoir prise de son propre chef
  • les forces propres au groupe sont plus importantes que les forces (ou résistances) psychologiques individuelles.

La discussion engage le participant et l’incite à faire évoluer son point de vue.

Il est plus aisé de changer les normes et les idées d’un groupe que d’un individu.

Pionnier dans la conduite du changement, c’est cependant à un autre que l’on doit la théorie de l’engagement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *