La théorie de l’engagement (Charles Kiesler)

Charles Kiesler

Charles Kiesler
Source : wikipédia

Elle pourrait se résumer en ces mots : « l’engagement serait le lien qui existe entre l’individu et ses actes et, plus précisément, ses actes comportementaux ».

Charles Kiesler (1934-2002) est un psychosociologue américain qui se rendit célèbre grâce à sa théorie de l’engagement.

Théorie

1- Seuls nos actes nous engagent. En effet, nous ne sommes pas engagés par nos sentiments, nos idées, notre for intérieur, mais par nos conduites effectives que les autres peuvent observer.

2- On peut être être plus ou moins engagés par nos actes. Le lien existant peut être régi par des degrés de nuances. Selon les circonstances, nous pourrons pour un même acte, être :

  • fortement engagé (condition de libre décision),
  • faiblement engagé (condition de décision forcée),
  • ou pas engagé du tout.

3- On est parfois plus engagé dans le premier acte que dans le second.

4- On peut parfois être plus engagé sous le regard d’autrui ou après avoir décliné son identité.

5- Un consommateur sera moins engagé s’il dispose d’un délai de réflexion.

6- L’engagement peut être plus ou moins fort en fonction de son coût (et de celui d’avant).

7-Les degrés divers du sentiment de liberté ou du renforcement (négatif ou positif) accompagnant l’acte influent sur le degré d’engagement.

Contre-intuitivement : forte menace ou forte récompense constituent des facteurs de désengagement.

Expérience

Pour illustrer cette théorie, de nombreuses expériences ont été réalisées, voici celle de COHEN à l’université de YALE (USA), en 1959. Suite à une manifestation d’étudiants durement réprimée par la police, et sous prétexte d’alimenter une prétendue enquête par des avis qui ne soient pas tous défavorable à la police, on demande à des volontaires de rédiger un article justifiant l’action des forces de l’ordre. Ces volontaires sont rétribués, certains reçoivent jusqu’à 10 $, alors que d’autres ne touchent que quelques cents. Après rédaction des articles, les étudiants étaient invités à répondre à un questionnaire relatif à leurs opinions par rapport à l’action de la police. Constat : ceux qui avaient perçu les sommes les plus faibles montraient un changement d’opinion plus important en faveur de la police. Le paradoxe apparent de ce constat s’explique par le mécanisme de réduction de la dissonance mis en place : Ceux qui ont perçu une somme importante peuvent justifier l’écriture de l’article favorable : « on l’a fait pour de l’argent ». Les autres ne peuvent se justifier (vis à vis d’eux-mêmes) qu’en modifiant réellement leur opinion sur l’action de la police. (source : stratégie-manager)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *